Usages et abus du terme de "balkanisation"

Par Adrien Fauve | 4 octobre 2007

Pour citer cet article : Adrien Fauve, “Usages et abus du terme de "balkanisation"”, Nouvelle Europe [en ligne], Jeudi 4 octobre 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/279, consulté le 24 juin 2018

Le dictionnaire Robert fait remonter l’apparition de ce mot en langue française à 1941. Mais ce n’est qu’à partir de 1966 qu’il est repris, sous la plume des journalistes, à propos d’autres pays, en particulier du continent africain.

Au sens propre, ce terme fut d’abord employé pour décrire le démantèlement de l’Empire ottoman et d’une partie de l’Autriche-Hongrie, après la Première Guerre mondiale. Il recouvre de ce point de vue un processus politique, celui du morcellement d’un pays ou d’un empire Au sens figuré, c’est la métaphore de l’émiettement, de l’atomisation d’un ensemble ou d’un système.

Comment un terme aussi abstrait a-t-il pu connaître une fortune telle, que son usage requière tact et nuance ? 

Origines d’une notion et de son succès : le théâtre balkanique et son image « maudite »

C’est le géographe allemand Johann Karl Zeune qui fut le premier à employer l’expression « péninsule des Balkans » en 1908. A la fin du XIXe siècle, on passa du Balkan – montagne au sud du Danube – aux Balkans, désignant l’ensemble d’une région, mélange pour le moins confus de peuples, de religions et de territoires enclavés, situés entre Adriatique, mer Noire, Carpates et Danube. La région acquiert ainsi relativement vite une triste réputation, quelque peu caricaturale, d’ « artichaut » politique et social.

« Sombre, compliquée, irrationnelle », telles sont les expressions qui sont immédiatement associées à cette « montagne boisée » (bal kan, en turc). Bois, collines, plaines, fleuves et rivages, infestés de brigands, irréductibles même à une puissance impériale, représentent une sorte d’anti-Europe, incarnée de surcroît par la présence ottomane.

L’évocation du phénomène de balkanisation est historiquement liée à la « question d’Orient » qui caractérise plusieurs crises.

La première (1832-1840) concerne les rapports entre l’Egypte, l’Empire Ottoman et la Grèce ; la deuxième crise couvre la période 1850-1856, qui vit s’opposer la Russie à l’Empire Ottoman ; la troisième (1875-1879) se déplace vers les Balkans ; enfin, la quatrième (1908-1912) enracine le problème et les enjeux diplomatiques dans la péninsule et aboutit aux guerres balkaniques, sorte de répétition générale annonçant la Guerre mondiale. Cette dimension serait dès lors à l’origine du caractère péjoratif de l’expression.

Le terme de balkanisation est donc associé – cela tient presque de l’évidence – aux conflits et aux résolutions dont la péninsule de Balkans a été le théâtre depuis la fin du XIXe siècle.

« Volcan », « chaudron », « poudrière »… les expressions utilisées pour parler des Balkans témoignent de la situation bouillonnante dans laquelle se trouvait à l’époque cette région. Sur les territoires européens du « vieil homme malade », les forces nationalistes s’agitent pour redécouper l’espace des possessions ottomanes et accéder à l’indépendance.

Mais la faiblesse des acteurs balkaniques donne l’occasion aux grandes puissances européennes d’intervenir.

Les Britanniques acceptent un partage de l’empire en zones d’influence pour obtenir plus de latitude en Mésopotamie (où se concentrent désormais les intérêts pétroliers). Les Allemands, en quête de reconnaissance mondiale, entendent jouer un rôle croissant dans la région.

Les Russes, humiliés après leur défaite contre le Japon en 1905, renouent avec leur mission traditionnelle de protection des chrétiens orthodoxes. L’Autriche-Hongrie, qui a annexé la Bosnie-Herzégovine en 1908, suscite l’hostilité de la Serbie et rompt le statu quo avec la Russie. Quant à la France, elle envisage de défendre ses intérêts « historiques » au Levant.

Dans un tel contexte, les crises balkaniques révèlent et amplifient les affrontements entre Etats européens. Elles allaient être le prétexte du déclenchement de la conflagration. L’attentat de Sarajevo du 28 juin 1914, qui voit l’archiduc héritier François-Ferdinand et son épouse tomber sous les balles d’un étudiant serbe (Gavrilo Princip, membre de la société secrète dite la Main noire), est ainsi perçu comme « des coups de revolver qui firent plus de huit millions de morts ».

La balkanisation est de ce point de vue associée, même de façon inconsciente, à la spirale funeste de la crise mondiale. La symbolique sinistre et tragique, la malédiction attachée à toute mention de balkanisation prend racine dans cette période historique.

L’ambiguïté relative à l’usage de ce terme paraît soutenue par les effets du phénomène sur son espace géographique d’origine. La dispersion territoriale et politique à l’œuvre dans la péninsule balkanique, au lendemain de la conférence de Versailles (1919), se prolonge après la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à l’aube du XXIe siècle.

La Grèce et la Turquie adhèrent à l’OTAN (1952) ; la Bulgarie signe le Pacte de Varsovie (1955), la Yougoslavie de Tito tente de se situer entre les deux blocs en participant à la conférence de Bandoeng (1955), promouvant le « non alignement » et la cause du  « tiers monde » (selon l’expression d’Alfred Sauvy) ; l’Albanie s’aligne sur la politique chinoise plutôt que sur celle de l’URSS (1961), la Yougoslavie se disloque à compter de 1991 ; enfin, le Monténégro se sépare de la Serbie et proclame son indépendance en 2006. Bien que prenant racine dans le premier XXe siècle, la balkanisation continuerait encore à se manifester dans la région.

Mais le mot « balkanisation » est parfois employé pour parler d’autre chose que des Balkans. Examinons donc de plus près le sens de cette expression.

 « Balkanisation »... ça veut dire quoi au juste ?

A la lecture d’ouvrages ou de dictionnaires spécialisés en histoire des relations internationales ou en géopolitique, on trouve diverses définitions du terme. Cette multitude n’empêche cependant pas l’existence de traits récurrents.

Marc Nouschi en parle comme d’un processus de segmentation de zones mutli-ethniques, entre des nationalités qui revendiquent le contrôle de territoires qu’elles ont tendance à sacraliser. En théorie, la balkanisation – conforme au principe des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes (cf. les 14 points de Wilson, énoncés en 1918) – entend résoudre la question des nationalités. Mais en pratique, elle « miniaturise les haines nationales » (François Furet) et facilite la satellisation des nouveaux Etats créés par des puissances plus importantes. En définitive, les découpages ethniques soi-disant homogènes n’ont pour autre conséquence que d’exacerber des tensions déjà à l’œuvre.

Pascal Boniface la définit comme « toute politique opérée par des grandes puissances au détriment de divisions territoriales plus grandes ». Pour Yves Lacoste, l’expression fut inspirée aux journalistes par l’épineuse « question des Balkans », perçue comme une des causes de la Première Guerre mondiale. Il note également que le terme de balkanisation est chargé de connotations négatives, et qu’il s’applique surtout à l’Afrique depuis la décolonisation. Malgré son utilisation discutable, il semble avoir connu une certaine popularité. Il est en quelque sorte victime de son succès.

Cette métaphore est utilisée chaque fois qu’un ensemble géopolitique est morcelé en un grand nombre de nouveaux Etats indépendants. On peut songer au Proche-Orient entre les années 1920 et 1940, à l’Afrique tropicale post-coloniale ou à l’ex-URSS. Dans ce contexte, le territoire d’un Etat, comprenant divers groupes nationaux plus ou moins imbriqués les uns dans les autres, se trouve en proie à une division en morceaux, que se disputent de nouveaux Etats, de taille plus réduite.

On pense alors au morcellement de vastes parties des possessions impériales, britanniques et françaises en particulier, mais également belges, allemandes, italiennes et portugaises, qui était associé à des complications politiques et économiques.

La référence au rôle des grandes puissances est aussi à prendre en compte. Tout comme les conflits balkaniques avaient été amplifiés par les rivalités entre les « grands », les puissances européennes étaient vues (à tort ou à raison) comme instigatrices du morcellement de l’Afrique post-coloniale. Mais n’oublions pas qu’une première vague de balkanisation du continent africain – si on se prête au jeu de l’usage erroné du terme – avait eu lieu à la conférence de Berlin, en 1884, où une partition entre possessions coloniales avait été adoptée.

Les traits caractéristiques de la balkanisation sont donc les suivants : démantèlement d’un territoire politique souvent de taille importante puis émergence de nombreux Etats, interventions de puissances extérieures à la région connaissant cette fragmentation, effets pervers et emploi abusif ou critiquable, en raison de la valeur négative associée à l’image du morcellement, facteur de troubles.

Tâchons à présent de pointer les abus dont la balkanisation fait parfois l’objet, tout en insistant sur la nécessité d’un emploi mesuré de ce terme.

Sortie de sa région d’origine, la métaphore de la balkanisation devient plus délicate

Le critère du nombre d’Etats issus de la fragmentation d’un ensemble plus vaste ne suffit pourtant pas à justifier l’emploi de ce terme. On peut prendre l’exemple de l’isthme balto-pontique (mer Baltique, mer Noire) dont la situation paraît moins périlleuse que ne le laisserait croire la notion de balkanisation qu’on a parfois employé pur en parler dans les années 1990. Parmi les Etats qui le constituent (Estonie, Lettonie, Lituanie, enclave russe de Kaliningrad, Biélorussie, Moldavie, Ukraine) seules la Moldavie et l’Ukraine semblent confrontée à une véritable menace pesant sur l’intégrité de leur territoire national.

Le terme de balkanisation est pourtant employé lorsque le morcellement territorial est considéré comme ayant des conséquences fâcheuses et dangereuses. On a donc ainsi imputé les difficultés économiques des Etats africains aux « mauvaises » frontières tracées par les puissances coloniales.

On passait ainsi sous silence le fait que certaines divisions étaient postérieures à la décolonisation, tout comme le fait que ces mêmes difficultés pouvaient également tenir aux tensions préexistantes, internes aux sociétés locales.

Et c’est peut-être de ce point de vue que la comparaison avec la situation balkanique originelle pourrait sembler judicieuse : les nationalités et/ou les groupes religieux s’enchevêtrent et s’opposent dans le cadre de certains Etats, ce qui est facteur de conflits potentiels.

Mais un problème subsiste, celui de l’opération volontaire d’origine exogène. Les tensions centrifuges qui travaillent les sociétés africaines ou balkaniques sont des données historiques. Elles ne sont pas décrétées par des acteurs extérieurs, si puissants soient-ils.

La référence à toute forme de balkanisation fonctionnerait alors comme une imputation à valeur négative. L’enjeu devient alors de savoir qui en parle et de saisir l’intérêt d’une telle référence. On peut à ce propos revenir sur l’origine exogène de la qualification de la région « balkanique ».

Les populations considérées comme balkaniques emploient en effet assez peu ce terme pour se définir. Mais elles l’ont en quelque sorte intégré dans leur représentation du monde, à tel point qu’il les pousse parfois à un certain fatalisme.

Malgré les excès qu’il peut susciter, le terme de balkanisation renvoie pour l’essentiel à la non-coïncidence entre les frontières des Etats issus d’une fragmentation territoriale, et la réalité ethno-culturelle du peuplement. Ce constat consacre le rôle de la localisation des peuples comme source de conflits dans l’espace mondial, en particulier dans une Europe qui se renouvelle à partir des héritages tant de la bipolarité que de l’histoire du XXe siècle au sens large.

Si elle est parfois le signe d’une fracture politique et sociale, la balkanisation n’en relève pas moins d’un discours extérieur aux accents pessimistes, sinon alarmistes. La balkanisation est donc une métaphore – certes très imagée –, mais à manier avec discernement.

Le défiance associée à cette expression, dont on abuse parfois, n’était-elle pas comme préfigurée par le chancelier Bismarck, qui avait un jour lancé : « les Balkans ne méritent pas la mort d’un seul grenadier poméranien » ?

Ajouter un commentaire