Une Europe dans le vent !

Par admin | 2 février 2007

Pour citer cet article : admin, “Une Europe dans le vent !”, Nouvelle Europe [en ligne], Vendredi 2 février 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/105, consulté le 20 juillet 2018

eoliennes_breme_soirDevant la nécessité de recourir à de nouvelles sources d'énergies, certains Européens se sont mis à rêver d'une Europe propre.

 

Alors que la Commission européenne pense que l'Union devra investir 1000 milliards dans le secteur énergétique ces prochaines années, l'Agence Internationale pour l'Energie affirme qu'elle devrait en utiliser 100 milliards pour les réseaux et 340 pour la distribution. Le reste devrait être investi dans de nouvelles capacités de production, y compris les énergies renouvelables.

 

L'énergie éolienne a longtemps eu la réputation d'une énergie chère, mais dans un contexte international de hausse des prix, elle est avancée par beaucoup comme une solution partielle à la question cruciale de l'indépendance énergétique de l'Europe. Par ailleurs, les avancées technologiques permettent aux éoliennes de produire 20 fois plus d'électricité qu'il y a 20 ans.

Selon l'Association Européenne de l'Energie Eolienne, celle-ci fournit aujourd'hui 3% des besoins européens, mais pourrait en fournir 12% d'ici 2020 et 20% d'ici 2030.

 

L'Europe profite de sa position péninsulaire et découpée : le vent y souffle à peu près partout comme le montre cette carte des vents du 17 mars 2006

 

 

Face aux critiques de ceux qui décrivent l'énergie éolienne comme une énergie d'appoint, ses défenseurs, de plus en plus nombreux dans l'UE, rétorquent que si de nombreuses fermes étaient implantées partout en Europe, le vent serait toujours disponible quelque part. Ils affirment en outre que la variabilité est une caractéristique de toutes les sources d'énergie.

 

Le Danemark par exemple arrive très bien à gérer cette variabilité puisque 21% de son énergie était éolienne en 2004 avec la possibilité de couvrir 100% des besoins subits.(voir le reportage du Baltic Trip)

 

Le Royaume-Uni développe, de son côté, en plus des fermes à éoliennes au large, un projet de turbines sous marines. Ces turbines utiliseraient la force des courants marins dans plusieurs sens et pourraient être utilisées en combinaison avec des éoliennes traditionnelles.

 

Pourtant, un certain nombre d'obstacles existent encore au développement de ces énergies renouvelables :

 

•  Les budgets de recherche sont essentiellement tournés vers les énergies fossiles même si la Direction Générale de la Recherche à la Commission européenne a essayé d'intégrer ces énergies dans les différents PCRD (Programmes Cadres de Recherche et de Développement).

 

•  Les réseaux européens ne sont pas assez interconnectés : ainsi les régions les plus venteuses ne disposent pas d'une zone assez importante à fournir, ce qui entrave leur développement

 

•  Les réseaux européens méritent encore de gagner en efficacité pour que le moins d'énergie possible soit perdue lors du transport.

 

L'énergie éolienne par sa variabilité ne peut pas couvrir l'ensemble des besoins énergétiques européens, mais elle peut constituer une pierre de l'indépendance énergétique du continent par sa combinaison avec d'autres sources. Il faut aussi penser que l'électricité est une énergie qui ne peut ni se stocker, ni se transporter sur une trop grande échelle : l'énergie éolienne ne peut donc être que locale et les fermes devraient se multiplier.

hooping.net-video-streaming Un pays dans le vent: le Danemark (reportage tourné pour ARTE en aout 2006) 

 

Ajouter un commentaire