Paris

Les Balkans, dernier arrêt avant l'Union européenne

Par Jean-Baptiste Kastel | 7 avril 2015

Les migrants et demandeurs d’asile sont de plus en plus nombreux dans les Balkans occidentaux. Les responsables nationaux et européens sont actuellement dépassés par ce phénomène. Enclavée, la région représente une porte d’entrée pour l’Union européenne. Cependant, les infrastructures ne sont pas adaptées et les conditions d’accueil restent très précaires. De plus, les Etats de la région doivent faire face à un double phénomène. La région sert de zone de transit pour les personnes fuyant les conflits en Asie et en Afrique et ce mouvement est complété par les migrants balkaniques qui cherchent eux aussi à tenter l’aventure européenne.

Amygdaleza, le « Guantanamo » grec

Par Marie Geredakis | 7 avril 2015

Jusqu'à aujourd'hui, la Cour européenne des droits de l'Homme a condamné la Grèce à payer un montant total d'1.5 million d'euros d'amendes pour violation des lois relatives à la détention de migrants. 150 cas doivent encore être jugés. Camps de rétention administrative, camps-frontières, camps fermés ou ouverts : on peut aisément émettre l'hypothèse que la réalité européenne recouverte par ce terme s'avère sombre. Qu'en est-il en Grèce ?

Partenariat pour la mobilité : un instrument méconnu qui mérite d’être reconnu

Par Louise Ringuet | 7 avril 2015

En matière d’immigration, l’équilibre est difficile à trouver. Quand certains parlent d’Europe forteresse, d’autres y opposent une politique trop laxiste. Finalement, il n’est nullement question ici de mettre un terme aux débats souvent assez houleux tant chacun y va de sa conception de l’Europe et de ses frontières. Si l’Union européenne apparaît bien souvent comme abstraite à bien des individus, ses instruments le sont encore davantage. Zoom sur l’un d’entre eux : le Partenariat pour la mobilité.

Fonds de migrations européens 2014-2020 : plus de moyens pour une gestion simplifiée, partagée et solidaire

Par Mélina Lhermite | 7 avril 2015

A travers ses nouveaux fonds (« Fonds Asile, Migration et Intégration » et « Fonds Sécurité Intérieure »), l’Union européenne souhaite réaffirmer l’efficacité de sa politique migratoire. Une ambition concrétisée par une hausse des moyens disponibles, par une présence accrue des Etats membres et par une adaptation face aux enjeux actuels.

La politique migratoire de l'UE, entre communautarisation et individualisme

Par Anaïs Delbarre | 7 avril 2015

La politique migratoire de l'Union européenne est une compétence partagée entre Etats membres et institutions communautaires. Pas entièrement communautarisée, pas complètement aux mains des Etats membres non plus, elle englobe trois problématiques que sont l'immigration légale et illégale, le droit d'asile et le contrôle des frontières extérieures. Plus concrètement, l'objectif de cette politique est de réguler les entrées et les séjours des ressortissants de pays tiers sur le territoire de l'Union européenne ainsi que de favoriser leur intégration sociale et économique. Politique récente, elle est institutionnalisée avec le traité d'Amsterdam en 1997 et n'a cessé de se développer depuis les années 2000. Retour sur les différentes étapes de sa construction et les obstacles persistants à sa mise en oeuvre. 

La nécessaire réforme du droit d'asile en France

Par Dalia Dragan | 7 avril 2015

Benjamin Constant, le « maître d'école de la liberté » considérait que « c'est pour chacun [...] le droit d'aller, de venir, sans en obtenir la permission et sans rendre compte de ses motifs ou de ses démarches ». Pourtant, le droit d'entrer librement et de séjourner est réservé aux nationaux et, par exception aux citoyens européens, à l’intérieur des pays membres de l'Union européenne. 

L'Europe des camps

Par Gatien Du Bois | 7 avril 2015

Réfugiés, déplacés, migrants, ils sont nombreux à vouloir rejoindre l'Europe. Attirés par la promesse d'un avenir meilleur, ils ne voient parfois de cet eldorado rêvé que les camps et les centres pour étrangers où ils sont regroupés, avant de se voir reconduire aux frontières extérieures de l'Union européenne. Le manque de visibilité de ces camps contemporain ne signifie pas leur non-existence. Dès lors, que recouvre la réalité des camps d'étrangers en Europe et à sa lisière?

Pourquoi Syriza fait peur

Par Marie Geredakis | 20 janvier 2015

Depuis le troisième vote du Parlement hellénique pour le candidat proposé par le parti Nouvelle Démocratie, Stavros Dimas, qui a eu lieu lundi 29 décembre 2014, le parti de la gauche radicale grecque, Syriza a beaucoup fait parler de lui. En effet, comme le prévoit la Constitution, le Parlement n'ayant pas réussi à investir le candidat proposé, des élections législatives seront organisées le 25 janvier 2015. Les deux partis de gouvernement, Nouvelle Démocratie et Pasok sont minés par les politiques d'austérité appliquées depuis quatre ans dans le pays. Dans les sondages, Syriza est, quant à lui, crédité d'environ 30% des intentions de vote.

Pages