Rapprocher les Européens... par le rail!

Par Fabienne Vauguet | 13 novembre 2006

Pour citer cet article : Fabienne Vauguet, “Rapprocher les Européens... par le rail!”, Nouvelle Europe [en ligne], Lundi 13 novembre 2006, http://www.nouvelle-europe.eu/node/50, consulté le 15 juillet 2020

L'Agence Ferroviaire Européenne a été inaugurée à Valenciennes le 16 juin 2005. L'Union a choisi le Nord Pas-de-Calais en raison de sa forte tradition d'activités dans le domaine ferroviaire, une tradition poursuivie principalement aujourd'hui par Alstom et Bombardier.

 

Pour une Europe du rail

Les réseaux ferroviaires européens sont trop souvent bâtis et exploités en fonction de considérations exclusivement nationales. Le meilleur exemple en est le temps qu'il a fallu pour décider en France de faire un TGV Paris-Strasbourg, alors que d'un point de vue européen, c'est l'évidence même.

C'est pour cela que l'Union Européenne dans un réglement d'avril 2004 a décidé de créer une agence pour coordonner et impulser des dynamiques européennes du rail, alors que le commerce entre les Etats membres devrait doubler en volume d'ici à 2020. Or le rail est plus écologique que la route.

Ses missions

- l'interopérabilité: les réseaux européens de rail sont trop peu souvent compatibles. Par exemple, l'écartement des rails n'est pas le même entre la France et l'Espagne, ou entre les 15 et les 10 nouveaux pays de l'UE. Imaginons que c'eut été le cas entre la France et la Belgique: le Thalys ne mettrait surement pas 1h30 entre Paris et Bruxelles! Par ailleurs, le développement du ferroutage (le couplage trains/camions) est aussi une question d'interopérabilité entre les réseaux transeuropéens. On sait que le développement de la multimodalité (les gares routières/ferroviaires) est cruciale pour que l'augmentation du commerce ne détruise pas la nature et s'intègrent dans le développement durable.

- élaborer des normes de sécurités communes: en effet, avec la libéralisation du rail (qui ne veut pas dire "privatisation" mais droit pour tous d'utiliser le réseau), il faut que des normes communes soient établies pour permettre aux trains de passer d'un pays à l'autre en toute sécurité. Elle facilitera le dialogue entre les différentes entitées responsables dans les Etats membres et les autorités européennes. Elle proposera des projets de régulation à la Commission Européenne.

Son fonctionnement

L'agence est indépendante mais elle n'a pas de pouvoirs autonomes de décision. Par ailleurs, elle associe les travailleurs du secteur ferroviaire à ses travaux.

Le conseil d'administration de l'agence est composé d'un représentant de chaque État membre et de quatre représentants de la Commission ainsi que de six représentants (ne disposant pas de droit de vote) des acteurs du secteur : entreprises ferroviaires, gestionnaires de l'infrastructure, industrie ferroviaire, syndicats, passagers et clients du fret ferroviaire. Il élit le président de l'Agence.

Pour aller plus loin

Sur Internet

Ajouter un commentaire