Que fait l'Europe pour les Roms et les gens du voyage?

Par Fabienne Vauguet | 3 janvier 2007

Pour citer cet article : Fabienne Vauguet, “Que fait l'Europe pour les Roms et les gens du voyage?”, Nouvelle Europe [en ligne], Mercredi 3 janvier 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/84, consulté le 16 décembre 2017

Dans le cadre de sa politique européenne envers l'emploi, les affaires sociales et l'égalité des chances, la Commission agit concrètement pour lutter contre la discrimination et l'exclusion dont sont victimes les Roms. A travers les différentes autres politiques de l'Union européenne, telles que la politique régionale, l'éducation, l'emploi et l'inclusion sociale, l'antidiscrimination ou l'élargissement, la Commission propose de nombreux projets et programmes, soutenus par des financements européens, comme le Fonds social européen (FSE).
 

Par exemple, l'initiative communautaire Equal, financé par le FSE, a pour but d'assurer une plus grande égalité raciale et une égalité dans l'accès à l'emploi.

De plus, la Commission européenne offre, depuis 2005, la possibilité à de jeunes diplômés Rroms d'effectuer un stage dans ses services, afin de découvrir le fonctionnement de l'Union européenne et d'appréhender concrètement l'idée d'intégration européenne.

Pour appuyer son action, la Commission peut se référer à un texte fondamental pour la garantie des droits fondamentaux des citoyens européens: la Charte des droits fondamentaux. 

Signée en 2000, à Nice, la Charte des droits fondamentaux rassemble en un seul et même texte les valeurs essentielles de l'Union européenne et garantit le respect de six principes : dignité, liberté, égalité, solidarité, citoyenneté et justice. Cette charte vise à créer un espace de liberté, de sécurité et d'égalité au sein de l'Union européenne.

Le principe d'égalité offre par exemple aux populations roms le respect de la non-discrimination ou de la diversité culturelle, religieuse et linguistique.

L'Union européenne s'est également dotée d'un Observatoire des phénomènes racistes et xénophobes, qui deviendra bientôt l'Agence des droits fondamentaux. Cet organisme est en charge de fournir des études précises, à partir de données recueillies dans chacun des Etats membres, sur des faits de xénophobie, de racisme, d'antisémitisme, d'islamophobie ou d'actes d'intolérance. 

L'année 2007 ouvre des perspectives d'amélioration de la condition des populations Rroms, puisqu'elle est l'année européenne de l'égalité des chances pour tous. L'objectif est de sensibiliser les citoyens sur leurs droits fondamentaux et de promouvoir l'égalité des chances ainsi que la diversité culturelle. La lutte de l'Union européenne se veut axée sur plusieurs objets de discrimination, tels que le sexe, l'origine ethnique, la religion, un handicap, l'orientation sexuelle ou l'âge. Les valeurs portées par cette action d'envergure européenne sont le respect des droits fondamentaux de chaque personne, la reconnaissance et la représentation.

Fin janvier, se tiendra le Sommet de l'égalité, sous présidence allemande. Une campagne d'information est lancée dans toute l'Union européenne. Le slogan est plein de promesse: "Pour la diversité, contre les discriminations". Un camion sillonnera l'Union à la rencontre des citoyens et marquera par son passage le souhait de la Commission de responsabiliser et d'engager les Etats membres, aux niveaux régional et local, sur les questions de l'égalité et de la non-discrimination. 

Le Conseil de l'Europe, institution gardienne des droits de l'homme, agit aussi pour une égalité des Roms élargie à tout le continent européen

Le Conseil de l'Europe s'est engagé dès 1993 dans la lutte pour l'égalité des Rroms et des Gens du voyage, dont certains étaient alors victimes des conflits d'Europe du Sud-Est. Son action en faveur de la cohésion sociale a conduit le Conseil de l'Europe a créé une structure spécialisée dans le respect de la diversité ethnique et culturelle qu'apportent les populations Rroms à l'Europe. Une équipe spécialisée installée à Strasbourg, coordonne toutes les actions menées, notamment en partenariat avec diverses associations et ONGs. 

Le programme d'action du Conseil de l'Europe s'inscrit dans la volonté de protéger les minorités, de lutter contre le racisme et l'intolérance ainsi que le combat contre l'exclusion sociale. Plusieurs textes, tels que la Convention européenne des droits de l'Homme ou différentes recommandations (logement, éducation des enfants, circulation, stationnement...) offrent un cadre juridique clair pour mener des actions concrètes.

En 1995, un groupe d'experts est mis en place afin de suivre et d'évaluer la situation des Rroms et des Gens du voyage. Le rôle de ces spécialistes, permanents ou non, nommés par leur Etat membre, est de conseiller le Conseil des Ministres sur la question des Rroms.

Un coordinateur spécialisé pour les Rroms et les Gens du voyage sert également de relais avec d'autres organisations intergouvernementales, comme l'OSCE. Il assure un lien avec les associations rroms. Ce contact de terrain est une volonté partagée avec le programme d'action de l'Union européenne: les Etats membres sont les vrais acteurs du changement, en initiant et en réalisant des actions concrètes au niveau national.

En 2001, l'idée d'un Forum européen des Roms et les Gens du voyage est lancée sous la présidente finlandaise,Mme Tarja Halonen, permettant aux associations et aux diverses représentations des Rroms et des Gens du voyage de faire entendre leurs voix, au niveau international et plus précisément auprès du Conseil de l'Europe. Constitué sous la forme d'une ONG en 2004, avec un accord de partenariat conclu avec le Conseil de l'Europe, le premier forum s'est tenu fin 2005.

Il existe donc, à un premier niveau qu'est l'Union européenne et à un second niveau qu'est le Conseil de l'Europe, des structures de soutien pour la condition des Rroms et des Gens du voyage. Des financements sont prévus. Des actions conjointes sont menées, comme la campagne d'information et de sensibilisation, Dosta! (Assez!), qui souhaite alerter sur les discriminations endurées par les Rroms et les Gens du voyage. D'abord cantonnée dans plusieurs pays d'Europe du Sud-Est, cette campagne s'élargit à tous les Etats membres en 2007.

Des témoignages précis de certains groupes de Rroms seraient intéressants afin de constater concrètement la réalité et l'efficacité de l'engagement institutionnel européen. 

Pour aller plus loin

Sur Internet

 

Source photo : I, Anglos [GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC-BY-SA-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons

Ajouter un commentaire