Liverpool et Stavanger, capitales européennes de la culture 2008

Par Virginie Lamotte | 14 avril 2008

Pour citer cet article : Virginie Lamotte, “Liverpool et Stavanger, capitales européennes de la culture 2008”, Nouvelle Europe [en ligne], Lundi 14 avril 2008, http://www.nouvelle-europe.eu/node/397, consulté le 14 novembre 2018
article.pnglogo_2008_cap_culture.jpgSamedi 12 janvier 2008 ont été lancées à Liverpool (Royaume-Uni) et à Stavanger (Norvège) les festivités de lancement de ces deux nouvelles capitales européennes de la culture. Hautement médiatisée pour Liverpool, celle de Stavanger s’est faite dans un quasi anonymat. Partons à la découverte d'une programmation qui s'annonce riche en évènements des deux côtés de la mer du Nord.
article.pnglogo_2008_cap_culture.jpgSamedi 12 janvier 2008 ont été lancées à Liverpool (Royaume-Uni) et à Stavanger (Norvège) les festivités de lancement de ces deux nouvelles capitales européennes de la culture. Hautement médiatisée pour Liverpool, celle de Stavanger s’est faite dans un quasi anonymat. Partons à la découverte d'une programmation qui s'annonce riche en évènements des deux côtés de la mer du Nord.

Liverpool - they like it spectacular

De prime abord, Liverpool n'a rien d'extraordinaire : sous le ciel gris du nord de l'Angleterre s'étalent des bâtiments pâles, plongés dans l'atmosphère de l'ancienne ville industrielle. Mais depuis des années, cette ville plutôt inexpressive n'arrête pas de surprendre grâce à son potentiel culturel - elle a produit plus de tubes qu'aucune autre ville en Europe et cette année, contre toute attente, elle était choisie comme capitale européenne de la culture.

Malgré un déficit de 20 millions de livres et les péripéties financières qui entourent les préparations du festival et sa réputation de ville pauvre au taux de chômage très élevé, Liverpool compte faire son coming out culturel avec un programme riche et ambitieux. Avec ses 360 événements prévus, la programmation est jugée élitiste, mais elle ne manquera pas de faire la part belle à la diversité culturelle des différentes communautés de la ville.

Le week-end du 12 janvier a marqué le début de cette aventure culturelle européenne pour Liverpool avec un show époustouflant en plein cœur de la ville. Plongés dans un théâtre de lumières et d'effets scéniques à couper le souffle, 600 artistes ont participé à l'ouverture du festival sur la scène de la place principale de Liverpool, dont Ringo Starr, l'ex-Beatles, était l'invité d'honneur. Mais ce n'était que l'échauffement pour l'événement de samedi, qui était très attendu par tous les liverpudlians, une comédie musicale à l'Echo Arena, le palais de concerts récemment rénové avec une capacité de 10,600 sièges. Avec la participation de Ringo Starr et de Dave Stewart, l'ex-musicien de Eurythmics, des chorales pour enfants, des poètes et l'orchestre philharmonique de Liverpool sous la direction du chef d'orchestre étoile de St. Petersbourg Vasili Petrenko, le spectacle a compté 700 artistes.

Sous un ton moins spectaculaire, ce week-end-là tous les musées de Liverpool ont organisé des entrées gratuites pour toutes les expositions durant une journée, parmi lesquels le Bluecoat, l'un des centres d'arts les plus anciens de Grande Bretagne, construit en 1717. Ses portes n'ont été ouvertes au grand public qu'en mars 2008. Bluecoat a accueillit les toutes premières expositions des débutants de toutes époques, tels Pablo Picasso, Van Gogh et Henri Matisse.

Ce week-end du 12 janvier qui a embrassé un programme particulièrement intense a définitivement donné le ton pour la suite de cette année. Evidemment, les derniers Beatles sont là pour soutenir l'aventure de leur ville natale qui a bercé leur célébrité mondiale. Ouvert par Ringo Starr, le festival va aussi accueillir Paul McCartney, qui donnera un grand concert en été.

Mais ce ne sera que de la musique, comme l'a souligné le Premier ministre britannique, Gordon Brown. La galerie Tate de Liverpool fêtera cette année son 20e anniversaire et à cette occasion les chef-d'oeuvres les plus connus de l'art moderne y seront exposés. Cet été, Liverpool connaîtra plusieurs compétitions sportives, dont le oh so british canoë académique. Et la ville pourra aussi se vanter de ses quais restaurés qui verront cette année au moins 13 des plus grands et des plus beaux bateaux croisières. Pour terminer, les jeunes artistes auront l'occasion de montrer leurs talents et un visage moderne de la ville qui n'aura jamais eu autant besoin d'eux. Des petits théâtres, des salles des concerts et des vernissages vont se succéder toute au long de l'année pour tous les publics intéressés.

Cette année toutes les lumières seront projetées sur Liverpool ce qui va peut-être rapprocher l'Angleterre, l'enfant terrible de l'Union, du reste de la communauté européenne. De ce côté de la Manche on appréciera peut-être plus le pays le plus punk de l'Europe, cet esprit qui traverse le programme de Liverpool en tant que la capitale européenne de la culture 2008.

Stavanger – « Open Port »

Plus discrètement, Stavanger a elle aussi entamé ses festivités avec une devise « Open Port ». Ville portuaire, ville pétro-gazière, ville de passage entre l’Europe et l’Amérique, entre les grands espaces norvégiens et l’Union européenne, entre la mer du Nord et la mer Baltique, Stavanger, 4e ville du pays, une municipalité de 170.000 habitants, a su convaincre le Conseil européen de sa candidature grâce à un fort soutien interne et externe. Un soutien interne grâce à l’appui du Storting (le Parlement norvégien), de la région et des municipalités voisines Sandnes et Rogaland. Un soutien externe vient quant à lui de la Grande-Bretagne elle-même, le royaume étant voisin immédiat de la ville.

Open Port aspire à célébrer l’Europe et la culture européenne : une culture européenne vigoureuse et innovante de Stavanger à Bilbao, au sein d’un espace consacré aux projets artistiques collectifs en développant de nouveaux liens entre artistes européens. Cet espace a toujours été un lieu de croisements et d’échanges entre fortes traditions régionales et nationales et une influence des apports des cultures étrangères. Stavanger nous propose ainsi une programmation riche et variée mettant en avant sa position de pont entre les cultures européennes et celles du monde, donnant une large place aux dialogues interculturels et intergénérationnels. Grâce à cette année, Stavanger aspire à renforcer son lien avec ses voisins européens, mais surtout à animer d’un jour nouveau ses liens avec l’Union européenne.

Stavanger a décidé de placer cette année sous plusieurs valeurs, chères à la ville : liberté artistique, diversité culturelle et cohésion culturelle. Cette année sera ainsi l’occasion pour elle de présenter également cette culture offshore aux Européens. Son fort ancrage industriel n’a en effet jamais été un obstacle dans l’affirmation et la mise en valeur de son patrimoine.

Un artiste norvégien sera particulièrement mis à l’honneur : Jan Groth (né à Stavanger en 1938), célèbre tapissier, illustrateur et sculpteur contemporain. De nombreux évènements seront organisés pour marquer son 70e anniversaire. A cette occasion une rétrospective a été mise en place et qui fera une tournée internationale pour se finir à New York, sa seconde maison. Stavanger est également la ville de nombreux grands artistes norvégiens : le compositeur Edvard Grieg, le poète Arne Garborg, l’écrivain Henrik Ibsen ou le peintre Edvard Munch. C’est aussi la ville de l’explorateur Fridtjof Nansen, qui posa le premier le pied au pôle nord.

L’interactivité sera un maître mot et les arts seront mis en avant grâce à tous les supports. Ainsi la première biennale internationale du film expérimental et de l’art vidéo sera organisée en Norvège. On pourra admirer également tous les arts de la scène. L’architecture sera tout particulièrement mis en avant. Le projet « Offshore culture » montrera l’influence et les effets de « l’âge du pétrole » sur la région. Dans la ville voisine de Sandnes, c’est la restauration de ville portuaire qui sera mis à l’honneur.

Respecter l’histoire et l’œuvre de nos ancêtres fait partie de l’héritage culturel de chacun. C’est un facteur définissant notre identité individuelle et collective. Cette réflexion semble être un fil rouge de la programmation culturelle. Une exposition sera ainsi organisée « People on the move » [les peuples en mouvements], où l’on pourra voir les mécanismes d’affirmation de l’identité et de la culture.

La candidature de Stavanger nous expose deux questions quant au débat sur les capitales européennes de la culture : ville européenne ou ville de l’Union ? Par son programme ambitieux, Stavanger nous montre sa volonté de rapprocher la Norvège de ses voisins et ainsi de se rapprocher de l’idée et de la construction oommunautaire. Permettre à des villes européennes hors de l’Union de candidater ouvre par conséquent une petite porte d'Europe à ces pays encore indécis que sont principalement la Norvège, l’Islande ou la Suisse.

Pour aller plus loin :

site20x20.png Sur Nouvelle Europe
site10x10.png
Les capitales européennes de la culture
   
site20x20.png Ailleurs sur Internet
site10x10.png
Le portail des capitales européennes de la culture sur le site de la Commission européenne
site10x10.png
Liverpool 2008 (en anglais, français, allemand, espagnol et italien)
site10x10.png
Stavanger 2008 (en norvégien et en anglais)
Source image : logo des deux capitales européennes de la cultures 2008, site de la Commission européenne/Culture

Ajouter un commentaire