Fiche pays : le Monténégro

Par Emilie Proust | 31 décembre 2007

Pour citer cet article : Emilie Proust, “Fiche pays : le Monténégro”, Nouvelle Europe [en ligne], Lundi 31 décembre 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/331, consulté le 18 décembre 2018
mj-flag.gifLe Monténégro, pays situé au cœur des Balkans, a une histoire marquée par son positionnement aux confins des empires. Cherchant pendant toute son histoire à définir, délimiter et défendre son territoire, il ne connaît que de courtes périodes d’indépendance. La dernière commence le 3 juin 2006. Depuis, la priorité du pays est l’intégration européenne au nom de laquelle un processus de réformes à large échelle a été commencé.
mj-flag.gifLe Monténégro, pays situé au cœur des Balkans, a une histoire marquée par son positionnement aux confins des empires. Cherchant pendant toute son histoire à définir, délimiter et défendre son territoire, il ne connaît que de courtes périodes d’indépendance. La dernière commence le 3 juin 2006. Depuis, la priorité du pays est l’intégration européenne au nom de laquelle un processus de réformes à large échelle a été commencé.
mj-map.gif
Photos du Monténégro sur Nouvelle Europe Toute l'actu du Monténégro sur Nouvelle Europe
L'hymne monténégrin  

Les origines

L’espace territorial qui est maintenant connu sous le nom de Monténégro (Crna Gora) a été initialement habité par les Illyriens. Leur royaume a été conquis par les Romains et annexé à la province de l’Illyricum.

Partie de la péninsule balkanique, le territoire du Monténégro d’aujourd’hui sera colonisé par les Slaves à partir du VIe siècle. Ceux-ci vont établir un modus vivendi avec les Illyriens et les Romans y vivant déjà, en unissant leurs tribus sous le nom de Dioclée (Doclea).

Le Moyen Age : constitution du royaume

Entre les IXe et XIIe siècles, on assiste à l’affirmation progressive de la principauté de Dioclée à l’intérieur de l’Empire Byzantin, qui gagne son indépendance en 1042-1043. En 1077, la principauté va devenir royaume sous la bénédiction du pape Grégoire VII, avant d’être absorbée par la Serbie de Stefan Nemanja, devenant alors la Zeta. La Zeta sera ainsi dominée jusqu’en 1353, quand le royaume de la Serbie commence à s’effondrer et qu’il est partagé en trois parties dont une Zeta semi-indépendante.

Alors que la côte reste durablement sous contrôle vénitien, la Zeta connaît une indépendance sous la dynastie Blašić, puis Crnojević, avant d’être intégrée au despotat de Serbie (1421). En 1496, le Monténégro est conquis par l’empire ottoman tout en conservant une autonomie.

Un tournant significatif a lieu en 1516 : le pouvoir et le droit de succession sont accordés aux Vladikas, c’est-à-dire aux princes-évêques qui faisaient partie de l’épiscopat de Cetinje. Ce changement a apporté une stabilisation de la politique interne du Monténégro pour plusieurs raisons. D’abord parce que la réglementation des règles de succession diminue les querelles pour le pouvoir. Ensuite, parce que l’institutionnalisation de l’union entre l’Eglise et le pouvoir a engendré un ralliement de la population par rapport au politique. Une autre conséquence directe a été l’impossibilité de nouer des alliances avec les Ottomans.

Renforcement de l'État monténégrin

Si avant 1696, le choix du nouveau Vladika était fait sur une base élective, il sera par la suite nommé par le Vladika au pouvoir, ce qui favorisera la mainmise des Petrović sur le pouvoir.

Pendant la période napoléonienne, les Turcs, alliés des Français, occupent à plusieurs reprises le Monténégro, qui lutte alors ardemment pour la promotion de la chrétienté.

Petar II est responsable de la création des institutions politiques modernes monténégrines – le Sénat, la police, un gouvernement et de l’introduction d’un système de taxation, mais aussi de la création des écoles. Il mène de nombreuses batailles contre les Turcs et il est un des promoteurs les plus ardents de l’unification des Slaves du sud face au pouvoir turc.

Avant sa mort en 1851, Petar II nomme Danilo comme successeur dont un des premiers mérites est d’avoir formalisé la première Constitution monténégrine. Dans le contexte du déclin du pouvoir russe, Danilo a du mal de trouver l’appui nécessaire à la proclamation de l’indépendance du Monténégro en dépit des tentatives pour se rapprocher de la France de Napoléon III.

En 1862, le neveu et le successeur de Danilo, Nikola doit faire face aux attaques turques. Avec l’appui de la Russie et de la France, il réussira à signer avec la Turquie un traité de paix. Il mènera une politique active dans la région en se rapprochant de l’Herzégovine qui déclarera le prince Nikola comme son prince.

Alliée à la Serbie, le Monténégro déclare la guerre aux Turcs. La guerre et les avancements de la Russie vers la Turquie finissent par l’accord de San Stefano, qui assurera l’indépendance du Monténégro proclamé en 1878.

Vers une union avec la Serbie

Le Congrès de Berlin marque l’avènement d’un Etat monténégrin, avec un système judiciaire et législatif.

En 1910, le Monténégro se proclame comme une monarchie constitutionnelle. Les années qui précèdent la Première Guerre mondiale signifient un rapprochement du Monténégro à la Serbie. Pendant celle-ci, il s’était placé du côté des Alliés mais occupé par le pouvoir autrichien. A la fin de la Guerre, les forces autrichiennes défaites seront remplacées par les Serbes dans le but d’assurer la stabilité du pays. L’occupation du Monténégro par les Serbes et l’exil du roi Nikola signifieront la fin de l’indépendance du pays.

L’année 1918 est l’année de l’unification formelle du Monténégro avec la Serbie dans l’Assemblée de Podgorica. Bien que l’unification fût soutenue par une importante partie de la population, il n’y avait pas de consensus sur la question. Une fois l’unification faite, le Monténégro perd son nom et sera une région du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes appelée Zeta.

Entre les deux guerres mondiales, le Monténégro ne se développe pas de manière significative. Cette région est plutôt source d’émigration vers des centres commerciaux et industriels comme Zagreb ou Belgrade. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Monténégro est occupé par Mussolini.

La Yougoslavie, l'indépendance retrouvée et le rapprochement à l'Europe

La formation de la Yougoslavie de Tito après la Seconde Guerre mondiale permet au Monténégro d’accéder au statut de république fédérée. Les Monténégrins accèdent alors à des postes importants dans l’appareil étatique. Une période d’industrialisation et de développement économique commence. Dans les années 1980, le tourisme commence aussi à se développer, notamment sur la zone littorale.

A l’arrivée de Milošević au pouvoir en Serbie, le Monténégro reste proche des Serbes quand la plupart des autres républiques s’en désolidarise et sera la seule république yougoslave à rester dans le giron de Belgrade après un référendum sur l’indépendance. Toutefois, l’immobilisme de la transition serbe dissuade les derniers fédéralistes. En 2006 un nouveau référendum est organisé, avec un taux de participation de 85% le référendum sera à 55% en faveur de l’indépendance du Monténégro, qui sera proclamée le 3 juin 2006.

Depuis, le Monténégro s’est inscrit dans un processus de réformes (de l’administration publique, du système judiciaire, de la police) qui ont comme but la signature d’un accord de stabilisation et d’association avec l’Union européenne, qui sera signé le 15 octobre 2007. Néanmoins de nombreux progrès restent à faire, le pays demeurant largement gangrené par la corruption et les mafias, sans que les débouchés offerts par le commerce soient suffisants pour garantir l’indépendance économique de ce pays.

Données politiques
Capitale : Podgorica
Régime politique : république
Relations avec l'UE :
Président de la République : Filip VUJANOVIC (depuis le 11 mai 2003)
Premier Ministre : Milo DJUKANOVIC (depuis le 29 février 2008)
 
Données socio- démographiques (2007)
 
Population : 684 (en milliers)
IDH : 0,763
Espérance de vie : 74 ans
Taux de fécondité : 1.8
 
Données économiques (2006)
 
PIB : 26 380 millions $
PIB/hab : 3 800 $ (2005)
Taux de croissance : 6%
Inflation : 3,4% (2004)
Chômage : 14,7%
Monnaie : Euro, depuis 2002 (EUR)
 
Quelques liens sur Nouvelle Europe pour aller plus loin
 
  • Zone Euro : tour d'horizon géographique de la monnaie commune
 
Quelques liens pour aller plus loin
 
Portail du gouvernement monténégrin
Portail du Monténégro
 
A lire
 
Malešević Siniša, Uzelac Gordana
“A Nation-State without the nation ? The trajectories of nation-formation in Montenegro”, Nations and Nationalism, (2007-10) vol.13:n°4
 
   

Ajouter un commentaire