Balkans, présidents ! La présidence slovène de l'UE

Par Philippe Perchoc | 1 janvier 2008

  
Les différentes facettes du sujet sont intimement liés.
 
La Slovénie est le cas doublement exemplaire d'une ancienne république yougoslave ayant rejoint le coeur de l'Europe : cette année 2008 marque pour elle l'entrée dans l'espace Schengen, après l'adoption de l'Euro l'année dernière. Ljubjana fait ainsi partie du cercle restreint des pays participant aux politiques les plus intégrées de l'Union européenne.
 
Cette prise de présidence est donc tout un symbole. Celui d'une Slovénie ayant réussi une transition économique et politique rapide dans un espace ex-yougoslave déchiré. Le pays cumulait le double handicap de la difficile reconversion, comme tous les anciens pays de l'Est, mais aussi de l'explosion meurtrière du seul espace européen ayant connu la guerre depuis vingt ans.
 
Et la Slovénie entend bien ne pas négliger cet héritage auquel elle a été parfois tentée de tourner le dos depuis le milieu des années 1990. Elle a placé les relations euro-balkaniques au coeur du programme de sa présidence. Il faut dire que les pays de la région connaissent chacun des situations singulières : de la Croatie et la Macédoine qui ont un statut officiel de candidats au Kosovo, sous protectorat européen, dont l'avenir est bien incertain.
 
Pour faire avancer ses priorités, cette présidence slovène est une chance car l'institution est elle-même en transition : l'adoption du traité de Lisbonne et sa mise en oeuvre en 2009 devraient créer une présidence stable de l'UE pour deux ans et demi, ce qui stoppera la présidence tournante qui permettait à un pays une fois tous les 13 ans et demi de tenter d'influer l'agenda européen.
 
Il semble que les Slovènes sauront saisir cette chance.
 

Ce mois-ci dans notre dossier :

 

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.