Eurofiction : 2108, les Eüürosets partent en vacances

Par Philippe Perchoc | 1 décembre 2009

  

« Oui, bien sûr, mais je ne sais pas si nous n’avons pas déjà dépassé notre quota de bagages pour le dirigeable. Tu demanderas à Papa après sa Commission des Affaires énergétiques. Il est au bureau là ». Quand Elsa parle du bureau, elle évoque en réalité une pièce de la maison qui sert de bureau virtuel à Sim. Toutes les réunions du Parlement ont lieu en visio-conférence. Dire que son grand-père devait prendre l’avion pour aller à Bruxelles ! La question de la capitale de l’Europe ne se pose plus, elle est sur Internet !

Sim sort du bureau, agacé par ces députés du « Club Med » comme il surnomme les pays du Sud de l’Europe qui veulent mettre des panneaux solaires partout. On voit bien qu’ils ne sont jamais venus en Estonie. Mais c’est vrai qu’on ne fait plus de grands voyages depuis que le pétrole est à 1000 euros le baril et les dirigeables sont lents. Enfin, on ne passe plus son temps dans les transports. 

Theo, le petit amateur de camping, rejoint Sim sur le balcon de leur maison passive sa canne à pêche à la main. C’est facile dans une maison sur pilotis, pêche l’été et patin l’hiver. Ce sont bien les seuls avantages de la hausse du niveau de la mer … « Theo, tu as oublié de fermer la fenêtre ! » Il faut toujours faire attention : les maisons passives permettent de garder la chaleur ou leur fraîcheur grâce à leur exposition et leurs matériaux, mais il reste quelques règles de bon sens.

Les voilà père et fils en grande discussion sur les fameux panneaux solaires dont Sim ne veut pas. « On est en Estonie, ça ne sert à rien ici ! Ils ne veulent pas de nos éoliennes et nous de leurs panneaux. Aujourd’hui, il faut produire et consommer localement ! Ce n’est plus comme au temps de nos grands-parents quand le petit-déjeuner parcourait en moyenne 3000 kilomètres avant d’arriver dans notre bol. De toute façon, papy n’aimait pas le café … »

Une fois tous les bagages bien compactés dans l’Electricus – la petite voiture électrique familiale – voilà la famille en route pour le dirigeo-port. Les Eüürosets n’attendent pas puisque Elsa est hôtesse de l’air sur la compagnie « Europe United » qui fait les liaisons entre Tallinn et Stockohlm. Un surplus pour la tente, mais après tout, puisque le droit à la nature des Suédois est devenu une règle européenne, on peut camper n’importe où.


Theo est à la fenêtre, ébahi par les champs d’éoliennes à perte de vue :
-    Papa, mais ça ne gène pas les poissons ?
-    Oh tu sais, ça les gênes moins que quand la mer Baltique était au bord de l’asphyxie parce qu’elle supportait plus de 15% du trafic maritime mondial ! Maintenant que le pétrole est à 1000 euros le baril, c’est fini. On ne s’en sert plus que pour les services d’urgence alors le trafic a beaucoup diminué. Je crois que les poissons préfèrent les éoliennes, mêmes marines, celles qu’il y a dans l’Atlantique. Et les nouvelles éoliennes sont beaucoup plus performantes : à la moindre brise ! Leurs ancêtres en 2000 ne tournaient que 25% du temps …

Stockholm est en vue, le port industriel a été reconverti en port de plaisance, il paraît surdimensionné pour ces centaines de petites voiles multicolores qu’on voit en bas.
Elsa lève le nez de son livre électronique, elle se demande bien ce qu’on peut manger dans le nord de la Suède. Elle cherche sur supernet le grand réseau mondial et trouve tout de suite. Tout le monde écrit ou parle dans sa langue et entend ou lit dans celle de l’autre : depuis vingt ans, tout a bien changé, fini d’apprendre des dizaines de langues pour pouvoir communiquer avec le traductomatic ! Elle montre une recette de choux farci à Sim. Celui-ci sourit, il pense à ces pauvres traducteurs qui traduisaient à longueur de journée à Bruxelles, il y a 50 ans. Maintenant, tout est automatique !

Le ballon amorce sa descente. On voit les tours intelligentes se dresser au centre ville. Elles ne sont pas nombreuses : la plupart des gens travaillent de chez eux. Derrière leur résille protectrice, on a du mal à savoir quel étage (commerce, administration ou habitat) on a sous les yeux !

Voilà la famille Eüürosets à bon port. Elle monte dans l’electrotrain direction la campagne pour retrouver la famille de Sugren, le fils d’une collègue d’Elsa. Là-bas, on circule en calèches ou en vélos : les routes de campagnes ne sont plus goudronnées comme au temps de la voiture reine ! Un plaisir de plus pour Theo …

 

Ce mois-ci dans notre dossier :

Pour en savoir plus :
 

Sur Nouvelle Europe

Ailleurs sur le net

  • Sur les nouveaux usages d'internet : dans le futur, les visio-conférences pourraient se dérouler par l'intermédiaire d'hologrammes partout dans le monde, limitant les déplacements physiques des personnes. Ces évolutions sont déjà perceptibles dans le Conseil des Ministres de l'Estonie (le "e-cabinet " assisté par informatique) ou cette intéressante présentation des visio-conférences du futur par Cisco .
  • Sur les maisons passives, vous trouverez des liens et des informations sur Wikipedia .
  • Sur la traduction automatique, on pourrait très bien imaginer que dans 100 ans, le problème des langues de l'Union Européenne soit résolue par un simple casque qui permet à chacun de parler dans sa langue et d'entendre l'autre dans la même langue. Ainsi : pas de disparition des langues, mais une intercompréhension. Pour un aperçu des progrès de la traduction automatique.

Illustration : HSU, Leo, 我愛我的色 My Colors. (2007, accédé le 27 novembre 2008)

 

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.