Russie / Caucase

De l’impossibilité des Européens occidentaux à dépasser les clichés sur la Russie

Par Antoine Lanthony | 13 septembre 2012

La crise syrienne et l’affaire Pussy Riot ont mis ces derniers mois la Russie sur le devant de la scène médiatique. Ces thèmes ont pris le relais des élections et des manifestations post-électorales. Néanmoins, au-delà des sempiternels clichés sur la mafia russe ou les ours, il est frappant de noter que, même à propos de thèmes anodins comme le sport, la Russie ne semble pas encore avoir intégré la carte mentale d’Europe occidentale comme pouvant être un pays différent de l’Union soviétique (URSS), avec une vision du monde, des problèmes et des réponses à ces problèmes qui lui sont propres. 

Le Belarus ou l’exception européenne

Par Belarus Project | 4 avril 2012

Dictature autoritaire dirigée par la main de fer d’Alexandre Loukachenko, le Belarus est un cas à part : il n’a ni connu la vague de démocratisation de ses voisins d’Europe Centrale et Orientale dans les années 90, ni de révolution orange comme en Ukraine dans les années 2000. D’ailleurs, le Belarus n’est pas qu’une exception européenne, il est aussi une exception mondiale et a le privilège d’appartenir à la liste de plus en plus réduite des dictatures, qui ont survécu à l’onde de choc de l’effondrement de l’URSS.

"Cela se passe en Moldavie, c’est-à-dire nulle part "

Par Ala Sava | 19 mars 2012

Si je paraphrasais la fameuse formule d’Alfred Jarry, hélas trop véridique ici, je dirais : « Cela se passe en Moldavie, c’est-à-dire nulle part ». C’est dans ce contexte de « mise à l’écart » que je m’interroge sur les perspectives d’avenir de ce petit État et sur sa capacité de se défaire du qualificatif « pays le plus pauvre d’Europe ».

La contagion d’Euromaïdan

Par Jean-Baptiste Kastel | 26 avril 2014

Les événements qui ont marqué l’Ukraine depuis novembre 2013 ont conduit le Président Ianoukovitch à l’exode. En février 2013, celui-ci quitte Kiev pour trouver refuge en Russie. Le début de l’incendie a eu lieu lorsque le Président a refusé de signer l’accord d’association négocié avec l’Union européenne (UE) depuis 2007, succédant à l’accord de partenariat et de coopération de 1998. En quatre mois, la population s’est révoltée en utilisant de nombreux moyens de protestation, plus au moins pacifiques, qui ont permis la mobilisation de nouveaux acteurs et de sensibiliser la communauté internationale à la crise qui secoue l’Ukraine.

Union et désunions autour de l'Ukraine

Par Gatien Du Bois | 15 avril 2014

La décision de Viktor Ianoukovitch de ne pas ratifier l'accord d'association avec l'Union européenne le 21 novembre 2013 fait suite à une série de décisions qui ont, au final, plongé l'Ukraine dans la violence et ont provoqué le détachement de fait d'une partie de son territoire qui a bien vite été absorbé par la Russie de Vladimir Poutine. Mais cette crise n'est pas seulement une crise entre l'Ukraine et la Russie, c'est aussi la mise en lumière des tiraillements entre Etats membres de l'UE.

Mariusz Wilk, les loups, les Solovki

Par Philippe Perchoc | 26 janvier 2014

Mariusz Wilk est un Polonais bien spécial. Prisonnier politique pendant l'état de guerre en Pologne en raison de son engagement auprès de Solidarité, il choisit de partir vivre en Russie après 1989. Il y est, tour à tour, correspondant pour différents journaux polonais, puis finalement pour Kultura, le journal mythique des Polonais en exil, situé à Maison-Laffite en France. D'un séjour de plusieurs années sur les îles Solovki, en Mer Blanche, il rapporte une série de chroniques publiées dans le "journal d'un loup". 

Soldats russes en Transnistrie: quelles conséquences de la militarisation dans la région?

Par Andreea Flintoaca | 17 janvier 2014

L’explosion du conflit transnistrien en 1991-1992, entre les troupes moldaves qui aspiraient à reprendre le contrôle du territoire et les séparatistes, fut le prétexte utilisé par la Russie pour stationner la XIVème Armée (environ 8.000 hommes) et des dizaines de milliers de tonnes d’armement sur la rive droite du Dniestr.  Le but officiel: le maintien de la paix et de la sécurité. Vingt-deux ans après, les soldats russes semblent avant tout avoir préservé le statu quo d’un conflit gelé.

Entre Bruxelles et Moscou: les Etats du Partenariat Oriental

Par Claire Dilé | 13 octobre 2013

Ce moment de l'aube ou du crépuscule où il ne fait pas encore assez jour pour distinguer un chien d'un loup : voilà en quelque sorte la situation dans laquelle se trouvent les voisins orientaux de l'Union européenne, à savoir l'Ukraine, la Moldavie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan et l'Arménie. À mi-chemin entre un rapprochement européen et un resserrement des liens avec le grand frère russe.

Le sommet de Vilnius: vers un rapprochement des pays du Partenariat oriental avec l’UE ?

Par Henri-François Caudrelier | 13 octobre 2013

Les 28 et 29 novembre prochains se tiendra à Vilnius le troisième sommet du Partenariat oriental (PO). Ce programme encadre les relations de l’Union européenne (UE) avec ses voisins de l’Est - Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine. Si plus de quatre ans après sa création, "l’Ostpolitik" européenne a permis un rapprochement économique et commercial avec les Etats d’Europe orientale et du Caucase du Sud, les divergences restent nombreuses tant du côté des Etats membres que des pays partenaires.

L'Education, de Bruxelles à Moscou (Partenariats euro-russes)

Par Capucine Goyet | 7 septembre 2012

 L’énergie, le commerce, la facilitation de visas… les relations entre l’UE et la Russie semblent se tisser essentiellement autour de ces secteurs. Et pourtant il existe également un Espace commun de Recherche, d’Education et de Culture. Bien qu’appartenant généralement au monde de la soft law, l’éducation constitue une clef de voûte des relations interétatiques et des créations identitaires.

Pages