Galileo: un nouvel horizon européen

Par Philippe Perchoc | 5 novembre 2006

Pour citer cet article : Philippe Perchoc, “Galileo: un nouvel horizon européen”, Nouvelle Europe [en ligne], Dimanche 5 novembre 2006, http://www.nouvelle-europe.eu/node/39, consulté le 27 juillet 2017

"On ne peut rien apprendre aux gens. On peut seulement les aider à découvrir qu'ils possèdent déjà en eux tout ce qui est à apprendre." Galilée.

Avec Galilée, c'est une véritable révolution (à tous les sens du terme) que les Européens ont réalisée. Mais c'est aussi dans cette idée force que chacun peut, malgré les difficultés, puiser les ressources de la connaissance. Ce qui a séduit les Européens qui ont choisi de donner son nom à leur programme de positionnement par satellite. 

 

Galileo est un réseau de satellites européens qui permet de connaître sa position au mètre près, comme le GPS américain. Il est par ailleurs compatible avec le GPS et GLONAS, le système russe.

Pour l'instant, les Européens sont dépendants de leurs partenaires pour définir leur position avec précision, ce qui est parfois génant, si leurs systèmes ne sont pas fiables ou si des raisons géopolitiques nécessitent une certaine discrétion (déplacement de troupes au sol, de nos satellites ou de nos fusées etc.)

GPS et GLONAS sont des systèmes militaires et rien ne garantit que leurs opérateurs ne décident pas d'arrêter la fourniture de ces services. C'est donc sur un système civil que les Européens se sont mis d'accord en montant un projet qui associe l'Union européenne et l'Agence Spatiale Européenne. D'autres pays se sont montrés intéressés comme la Chine et l'Inde, qui ont déjà signé avec l'Union européenne des accords de partenariat sur Galileo.

Un premier satellite expérimental a été lancé en décembre 2005. Il devrait permettre de mener des tests de positionnement et de fiabilité pendant deux ans et sera suivi par 4 satellites entre 2005 et 2008. Les autres seront lancés pour 2008 afin de créer une toile d'araignée qui couvre toute la surface de la terre : 30 satellites à 23616 km de la Terre en tout!

Galileo va permettre de guider tous ceux qui ont besoin de se déplacer avec précision: avions, trains, voitures ... Par ailleurs, l'inclinaison des satellites GPS ne permet pas de couvrir certaines régions comme le Nord de l'Europe.

Les satellites pourront aussi recevoir des informations et les transmettre. Notamment des signaux de détresses des usagers. C'est très utile pour retrouver des navigateurs ou des voyageurs en zones inaccessibles. Ces signaux sont gérés en coordination avec l'Agence Maritime Internationale et sa contrepartie aérienne.

Pour aller plus loin

Sur Internet

  • Pour en savoir plus sur Galileo
  • Le site de l'Agence Spatiale Européenne / ESA

Crédits photographie : ESA

Ajouter un commentaire