Voyager en Europe : le tourisme dans tous ses états

Par Tanguy Séné | 2 juin 2011

  

Houellebecq pourrait dire, désabusé, qu’il ne lui reste que cela comme avenir économique. L’Union européenne est la première puissance touristique mondiale. Elle reçoit plus de la moitié des flux touristiques mondiaux ; la France, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Autriche font partie des premières destinations des voyageurs. Facteur de croissance, créateur d’emplois (près de 10 millions d’emplois aujourd’hui),  le secteur est un des très rares à avoir réussi à la Stratégie de Lisbonne… Comment envisager son futur ?

Le tourisme, c’est aussi ce qui accompagne les grandes réussites de la construction européenne. Les élargissements l’ont renforcé, et tous les citoyens européens qui appartiennent à l’espace Schengen circulent facilement au sein de cet espace culturel fluide. Ils ne sont plus obligés d’avoir un passeport ou un visa pour se rendre dans le pays voisin : le contrôle aux frontières est supprimé entre eux. N’importe quelle pièce d’identité nationale est suffisante pour voyager presque partout en Europe ! Partirait-on si souvent à Londres, Berlin, Varsovie ou Barcelone pour un week-end sans la construction européenne ? L'euro a rendu inutile le changement de monnaie. Les résidences secondaires dans des États membres voisins se multiplient. L’Europe élargie et réunie provoque des réminiscences historiques partagées, telle la région lettone de la Courlande des écrits de Duras et Gary. Il est possible qu'un jour, on ne parle plus "touristes" européens en UE, mais de simples voyageurs tous citoyens du même territoire.

Certains visitent plutôt des cliniques que des musées ou des églises ; on appelle cela le « tourisme médical ». D'autres enfin décident d’associer responsabilité écologique et loisirs : ils multiplient les dimensions et les ambitions globales de ce qu’on nomme « tourisme vert ». Le tourisme existe sous des aspects plus divers qu'on pourrait le penser.

Preuve de l’affection nouvelle des institutions, le traité de Lisbonne vient de créer une nouvelle base juridique entièrement consacrée au tourisme, manière de réaffirmer ce précieux atout du rayonnement européen à l’étranger, à la hauteur de son poids économique. Le tourisme devient pour les années à venir et pour la première fois une politique commune européenne.

Que faut-il attendre de ce secteur ? Comment renouveler l’attraction européenne aux quatre coins du globe ? En quoi consiste le tourisme vert ? De nombreuses questions pour ce dossier de juin, quelques jours avant les départs en vacances.

Source photo : Description mock of generic EU passport, S. Solbarg J., sur wikimedia commons

Ce mois-ci dans notre dossier :

 

Commentaires

Dossier très intéressant ! Sur quel thème portera le prochain dossier ?

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.