L'Union européenne : l'empire sans la force ?

Par Tanguy Séné | 4 avril 2011

  

Construit sur un modèle post-national, fondé sur le partage de la souveraineté (ni État, ni  fédération), prônant la paix dans la région (il m’arrive pour cela de m’élargir à mes voisins !), tolérant vis-à-vis de mes minorités (quand elles respectent la loi commune !), je rassemble mes chefs politiques au sein d’un conseil, parfois pour élire un pair à la tête de l’ensemble. Qui suis-je ? Plusieurs réponses possibles. Le Saint-Empire romain germanique. Ou l’Union européenne.

L’Empire romain, l’Empire ottoman, l’Empire d’Autriche-Hongrie ou encore ce qu’on a appelé l’« Empire soviétique » se sont construits sur les territoires d’une Europe décidément chargée d’une longue histoire impériale. Sans oublier les empires coloniaux qu’ont édifiés les puissances du Vieux Continent depuis le XIXème siècle.

L’Union européenne serait-elle un nouvel empire ? L’argument revient souvent dans la bouche des eurosceptiques, comme dans celle du Président de la Commission européenne, et il n’est pas inutile de se poser vraiment la question. Car le dictionnaire définit un empire de façon très large : « Ensemble d’États, de territoires relevant d’un gouvernement central ». Bruxelles, une nouvelle Rome ?

Il y a trois arguments récurrents pour ceux qui assimilent l’UE à un empire. Tout d’abord, elle serait une entité politique hiérarchique portant atteinte à l’indépendance des peuples et des nations soumis à son autorité. Deuxièmement, son caractère hétérogène et multinational : différents échelons politiques, des frontières mal définies et mouvantes au gré des élargissements, qui rappellent cette forme de domination antérieure à l’État-nation et peu propice à la démocratie – elle qui suppose un rapport direct entre citoyens, nation et État. Enfin, certains pensent que le rapport de l’UE à sa périphérie est de type impérial ou néo-colonial, qu’il s’agisse des Balkans ou de l’Afrique noire.

Ajoutons que même des penseurs pro-européens peuvent défendre l’idée d’une Europe impériale, « empire normatif » pour Zaki Laïdi, empire sans imperator pour Ulrich Beck !

Alors quoi ? Que faire de cet empire très spécial, qui refuse l’usage de la force et parfois même sa propre expansion (quel empire ne rêverait de conquérir la Turquie sans le moindre combat ?) ? Notre dossier du mois d’avril donne plusieurs pistes.

 

Ce mois-ci dans notre dossier

 

 

Source photo : Holy European Empire, par Thomas Gun, sur wikimedia commons

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.