L'Ukraine en crise

Par Claudia Louati | 15 avril 2014

  

Près de dix ans après la Révolution orange, les Ukrainiens sont redescendus dans la rue en novembre 2013 pour exprimer leur soif de démocratie face à une élite toujours corrompue, autoritaire et trop soumise à Moscou. Cependant, la violence et les conséquences de ces protestations vont cette fois-ci bien plus loin qu’il y a neuf ans: en jeu se trouvent aujourd’hui l’intégrité territoriale de l’Ukraine et la perspective d’une nouvelle redéfinition des frontières européennes plus de vingt ans après l’éclatement du bloc soviétique.

La crise ukrainienne remet à nouveau les Européens face à leur responsabilité vis-à-vis de leurs voisins orientaux. Séparatismes, intégration des minorités et influence russe dans ce que Moscou considère encore comme son « étranger proche » posent autant de questions héritées de la guerre froide auxquelles les Européens ne savent pas répondre d’une seule voix. La difficulté de définir une position commune entre des Etats aux intérêts économiques et politiques divers est une constante de la politique étrangère européenne qui ne s’est pas miraculeusement résolue par la nomination de Catherine Ashton. Il en va pourtant de la crédibilité de l’Union ; pas seulement de sa politique étrangère mais également de sa capacité à assurer sa mission première, celle d’assurer la paix et la sécurité du continent. L’UE en crise n’est pas un modèle de puissance économique et de prospérité, mais elle reste fondée sur la volonté d’empêcher les guerres par l’intégration à un système basé sur l’échange, la négociation et le consensus. Avec la fin de la guerre froide, cette mission ne s’arrête plus au rideau de fer mais s’étend bien à tout le continent et au-delà.

La nécessité d’une UE forte sur la scène internationale prend une importance particulière lorsqu’elle doit faire face à la Russie de Vladimir Poutine, en quête de puissance et déterminée à reconstruire son aire d’influence. La stratégie russe est révélatrice d’une vision du monde encore et toujours fondée sur les rapports de puissance, qui ne se conçoivent pas seulement en termes économiques mais également en gains territoriaux. Une idée dépassée au 21e siècle ? Ou est-ce la vision européenne d’un système fondé sur des relations interétatiques réglées et policées qui apparaît bien trop idéaliste dans un monde qui, depuis la fin de la guerre froide, a peut-être moins changé qu’on ne le pensait ?

Théâtre de la confrontation entre deux visions du monde, l’Ukraine est aujourd’hui au bord de la désintégration. La contestation de l’autorité centrale de Kiev ne se limite plus à la Crimée et la protestation politique, plutôt que d’évoluer vers un débat politique constructif, s’enlise dans la violence. Le but de ce dossier n’était pas de proposer un résumé de la situation qui serait bien vite dépassé par la rapidité des événements, mais bien une analyse des origines de la crise, de la réaction des Européens, et des conséquences et enjeux des bouleversements territoriaux qui l'accompagnent. Autant de sujet cruciaux pour l'avenir de la nouvelle Europe, un territoire toujours en évolution. 

Dans ce dossier

Sur la version anglaise de Nouvelle Europe

Source photo: Just a few, flickr

Commentaires

qui est en quête de puissance et qui menace un autre pays? la RUSSIE a t elle développé une politique visant à encercler les états unis en intégrant dans une défense pro russe au Mexique , dans les pays d’Amérique centrale , au canada et installer un dispositif anti missiles à proximité du Texas ou autour des grands lacs du nord?le déploiement des forces de L’OTAN qui se rapprochent de plus en plus près de la Russie , c'est quoi? un développement de circuits touristiques destinés aux occidentaux aisés? lorsque les états unis et l' UE, leurs petits toutous fidèles et asservis viennent semer le désordre dans les rues de Kiev , il faut s'attendre à de réactions démocratiques des peuples de l'est qui ne veulent ps être soumis aux néonazis mis au pouvoir par l'occident à Kiev.

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.